Kaginado (un chef-d’œuvre de parodie !)

Les personnages de tous les animes Key se retrouvent ensemble dans une école, pour des situations détonantes.

Si vous aimez les œuvres de Key, Kaginado vous offrira une belle bouffée de nostalgie, tout en vous étouffant de rire. Mélangeant les personnages de chaque œuvre, chaque petit épisode offrira son lot de gags et de références. Et Dieu que c’est réussi. A la fois hommage et parodie, l’anime n’hésite pas à nous balancer certaines répliques ou musiques cultes, pour les tordre d’une manière d’autant plus drôle. Il mettra ainsi un point d’honneur à parodier toutes les scènes et développements typiques de Key (voire de ce genre d’anime), les tournant en dérision d’une superbe manière. Le format de 4 minutes est parfait, offrant son lot de gags et de dialogues référencés, eux aussi parfaitement placés, et d’autant plus réussis dans le mélange qu’offrent les personnages de chaque œuvre.
La mise en scène sera très efficace, appuyant à merveille la parodie par ses plans et musiques. Tout en offrant quelques jolis clins d’œil dans ses décors. Mention spéciale pour son introduction via Planetarian, qui offre un très beau plan dans sa fresque de personnages.
Et, comment mieux terminer que par une cerise sur le gâteau, l’apparition soudaine d’Angel Beats là où on ne l’attendait plus.
La saison 2 sera tout aussi bonne, introduisant l’univers d’Angel Beats pour encore plus de folie. On retrouvera le même type de gag que dans la première, toujours avec de très bonnes idées dans son cassage des codes des animes qu’il parodie, en plus de quelques nouvelles choses très sympas. On aura grand plaisir à retrouver les personnages d’Angel Beats et leurs ost, qui s’incrusteront à merveille parmi les autres.
Et que dire de la fin, qui ferme la boucle du planétarium avec un petit discours sur les miracles qui touchera sans le moindre mal, mais qui se permet en plus une dernière surprise qui pourrait vous faire monter quelques larmes aux yeux.
Kaginado est donc, en plus d’un chef-d’œuvre de parodie, une belle lettre d’amour à ces œuvres, maitrisant sur le bout des doigts son sujet avec des idées à la pelle et offrant une douce nostalgie, parvenant même à émouvoir quand on ne s’y attend plus. Je lui mettrais un 9/10.

Episodes : 2 saisons de 12 de 4 minutes

Ost remarquables : Le thème principal.

Le trailer :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :